Premières étapes

Espèce en vedette : les fleurs en bordure de la route

 

En cette période de l’année, l’aster et la verge d’or dominent les bordures de la route et les anciens champs. Vous reconnaîtrez facilement l’aster à ses petites fleurs violettes ou blanches et la verge d’or à ses petits épis jaunes. Les champs de votre région abritent sans doute un assez grand nombre de ces espèces. La verge d’or a mauvaise réputation, et c’est bien malgré elle – on lui reproche de causer la fièvre des fois, ou des allergies automnales, mais c’est rarement le cas. Souvent, le véritable coupable se trouve à la base de ces fleurs voyantes : l’herbe à poux. S’il est vrai que la verge d’or produit de grandes quantités de pollen que transportent ensuite les insectes (d’où les fleurs voyantes), les fleurs plus discrètes de l’herbe à poux produisent des millions de grains de pollen légers et hérissés, conçus pour être portés par le vent; il n’en faut que quelques-uns pour déclencher des symptômes d’allergies. Fait intéressant, l’herbe à poux est membre de la famille des asters.

 

L’herbe à poux soutient tout un réseau alimentaire auquel appartiennent, entre autres, l’abeille à miel, la guêpe, le coléoptère longicorne, le coléoptère soldat, Phymata penns ylvanica, le monarque, l’araignée citron et le syrphe, une famille d’insectes qui imitent l’abeille et la guêpe. La verge d’or très élevée (Solidago altissima) attire notamment la mouche gallicole de la verge d’or (Eurosta soldaginis), une drosophile qui a beaucoup évolué et qui pond ses œufs dans la tige de la plante, produisant des galles à l’intérieur desquelles les larves se développeront au cours de l’hiver. Une galle accueille une seule larve, mais une tige peut compter plus d’une galle. Avant d’entrer en diapause (une cessation plus ou moins complète d’activités) pendant tout l’hiver, la larve quittera la galle en rongeant, s’assurant que l’enveloppe de la galle reste intacte afin qu’elle puisse s’en nourrir au printemps. Même à l’intérieur de son dôme protecteur, la larve doit affronter de nombreux périls. Elle est notamment la proie de guêpes parasites et de larves de coléoptères. Nous reparlerons des prédateurs de cette larve cet hiver.

 

D’autres événements à ne pas manquer  

  • Le bruant à gorge blanche est de passage dans la région, en route vers le sud, et y restera pendant plusieurs semaines. Vous le trouverez près des mangeoires dans votre cour, et vous pouvez l’attirer en répandant des graines de tournesol sur le sol, près d’un abri. 
  • Les Faucons migrateurs sont élevés dans le ciel par les vents nord-ouest. Le lac Ontario est présentement une zone d'observation puisque les faucons entourent le lac en route vers le sud. Pour plus d'informations et de conseils pour ces espèces et d'autres espèces de faucons dans votre région, consultez le site HMANA. Juste après un front froid est un bon moment pour voir de nombreux oiseaux migrateurs, comme ils obtiennent un coup de pouce supplémentaire du vent du nord.
  • Les colibris à gorge rubis sont sur le point de quitter la région. Cherchez-les à proximité des mangeoires, où ils feront le plein avant leur grand départ.
  • En soirée, vous apercevrez de petits groupes de chauves-souris qui s’envolent vers le sud (c’est le cas des chauves-souris rousses, cendrées et argentées) ou se rendent dans des sites d’hivernation en Ontario (c’est ce que font la grande chauve-souris brune et la petite chauve-souris brune). La période de reproduction a lieu en cette période de l’année, mais le sperme est stocké à l’intérieur de la femelle jusqu’au printemps lorsque l’ovulation et la fertilisation ont lieu.
  • Les grenouilles se dirigent elles aussi vers leurs lieux d’hibernation (des ruisseaux, des étangs et des rivières). Si la soirée est particulièrement chaude et pluvieuse, évitez les routes qui traversent des terres basses, au risque d’en écraser!
  • Les bébés tortues sortent de leurs œufs. Soyez à l’affût de fosses peu profondes creusées dans du gravier dans des zones près de l’eau, et vous trouverez peut-être les coquilles abandonnées. Cette année, Sortez dehors, à protéger leurs nids de tortues serpentines avec des cagettes faites de métal et nous attendons à présent les résultats. Au cours des années précédentes, les nids avaient été déterrés par les moufettes ou coyotes au début de l'été.                                                                                                              

  • Les feuilles des érables rouges qui poussent près de l’eau sont désormais d’un rouge vif, et les feuilles des autres arbres ne tarderont pas à revêtir à leur tour leurs couleurs d’automne. D’autres détails à suivre…
  • Les couleurs de l’automne s’affichent sous l’eau aussi! L’omble de fontaine se nourrit plus près des berges et se chauffe parfois au soleil. Les écailles du mâle deviennent orangées et rougeâtres puisqu’il consomme des coquilles de crustacées. L’omble de fontaine pondra ses œufs entre la fin octobre et la fin novembre.                                                                                                                                                                                                         
  • Certains de ces petits crustacés, particulièrement les daphnies, sont en difficulté. Un élément clé de l'écosystème aquatique, Daphnie diminue en raison du déclin des concentrations de calcium dans les lacs canadiens dus à l'acidification croissante dans l'eau. Un petit invertébré recouvert de gelée, appelé Holopedium vient combler l'écart, mais pas la chaîne alimentaire et peut également obstruer les tuyaux de prises d'eau et systèmes de filtration. Tout est lié.                                                                                                        
  • Orion, le joyau du ciel hivernal, est visible au dessus de l'horizon vers le sud-est.                                                                                                                        
  • Profitez aussi des derniers rendez-vous que la Lune rend aux deux planètes avant quelques mois : le 12 au crépuscule, le croissant lunaire repose au-dessus de Vénus; le 13, il s’approche de Jupiter, ensuite du 17 au 19, Mars et Saturne, plus discrètes mais toujours impressionnants.